Contenu réservé aux abonnés

L’atelier Tenou’a

Dans chaque numéro de Tenou’a, le rabbin Delphine Horvilleur et le designer Élie Papiernik se réunissent autour d’un invité pour dialoguer autour d’un objet intellectuel ou d’un concept biblique et le concrétiser. Pour cet exercice, nous nous inspirons de la havrouta (étude à plusieurs), du pilpoul (gymnastique contradictoire des intellects) et du brainstorming, méthode encourageant la créativité en considérant qu’il n’y a pas de mauvaises idées a priori.

Atelier créatif avec Delphine Horvilleur et Élie Papiernik

L’homme et la terre. Pour cet atelier, deux spécialistes de l’identité visuelle et un rabbin ont voulu penser un logo qui symboliserait l’engagement juif, depuis les premiers temps et les premiers textes, pour un développement durable ; engagement qui transparaît à travers les différents articles de ce numéro. Comment montrer le lien irréfragable entre la terre et l’homme ? Comment montrer l’essence éco-friendly du judaïsme ?

L’homme. Ce symbole qui figure l’homme est connu dans de nombreuses cultures. Si on le retrouve notamment parmi des inscriptions sur les pyramides, il est surtout devenu le symbole des Kabyles, équivalent de la lettre Z dans leur alphabet et symbolisant « l’homme libre ».

Le candélabre. La menorah est le symbole le plus ancien et le plus répandu du judaïsme. il s’agit du chandelier d’or rituel à sept branches dont la construction est détaillée (et exigée) en Exode 25:31-40 pour servir au Temple. Ses extrémités y sont décrites comme sculptées en « boutons et fleurs » c’est-à-dire de forme végétale.

La terre partagée. Nous ne vivons pas seuls sur terre, c’est bien ce que nous enseigne ce numéro de Tenou’a. Nous partageons notre planète et ses ressources avec toute l’humanité et toutes les créatures animales et végétales.

Abonnez-vous pour lire cet article

S’abonner en ligne