Antoine Strobel-Dahan

Antoine Strobel-Dahan

Antoine Strobel-Dahan est rédacteur en chef de Tenou’a. Anthropologue (EPHE) et journaliste (CFJ-Paris 2007) de formation, Antoine a travaillé à France Télévisions et au Monde avant de rejoindre Delphine Horvilleur en 2010 pour transformer Tenou’a en “atelier de pensées juives”. Il enseigne le journalisme dans plusieurs établissements de formation en France et au Canada. Avec Élie Papiernik, il a fait de l’art une des composantes du dialogue et de la créativité qui s’écrivent dans nos pages.
Il est aussi très sympathique.

  • Antoine Strobel-Dahan
  • Serge Hefez

Prendre le temps et laisser l’enfant jouer

Serge Hefez est psychiatre et psychanalyste. Il est notamment responsable de l’unité de thérapie familiale dans le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.

Pour Tenou’a, il explique ce qui se pratique et se joue dans la prise en charge de la « dysphorie de genre » chez l’enfant et l’adolescent, et formule une certaine amertume quant à un débat dont les enjeux dépassent de loin l’intérêt de l’enfant en souffrance qui, lui, a avant tout besoin d’écoute et de temps.

Entretien

10 min. de lecture

  • Antoine Strobel-Dahan
  • Livia Papiernik

De fil en aiguille

Livia Papiernik est une artiste et conteuse visuelle travaillant autant la peinture que le digital et le textile pour donner vie à ses créations surréalistes. Entre la douceur du tissu, la finesse de la broderie et la flamboyance graphique de son art, Livia explore les questions sociales, philosophiques et politiques de notre époque.

En residence d’artiste à la Anderson Contemporary Gallery de Londres, l’artiste franco-britannique est diplômée du Royal College of Art et de la Royal School of Needlework.

2 min. de lecture

  • Antoine Strobel-Dahan
  • Ruth Zylberman

Les enfants du 209 rue Saint-Maur

Dans un film bouleversant, Ruth Zylberman entreprend d’écrire le récit d’un immeuble du xe arrondissement parisien et de ses habitants durant la guerre. Armée d’objets de maison de poupées, de plans, de post-it et d’une immense écoute, elle part à la rencontre de ceux qui vécurent là durant la guerre, y furent arrêtés ou arrachés à leurs parents comme de leurs voisins dont certains eurent le courage de résister et d’aider. Certainement l’un des plus beaux témoignages sur cette période.

8 min. de lecture