Contenu réservé aux abonnés

Il y a toujours un Juif quelque part

On peut reprocher aux théories du complot bien des incohérences, nombre de contradictions et une certaine volatilité idéologique, mais ce qu’on ne peut pas leur dénier, c’est la rigueur et la constance avec lesquelles elles placent, toujours, ou presque, les Juifs quelque part dans leur sinistre équation.

© Jossef Krispel, David’s Escape, 2006, oil on canvas, 100 x 80 cm, private collection
www.krispel.info

QAnon, Orléans, Les Protocoles et autres histoires dont vous êtes le héros

De Bakounine qui, selon Pierre-André Taguieff, « réunit en 1872, dans le même complot juif pour la domination universelle, le pôle capitaliste (la banque Rothschild) et le pôle communiste-marxiste (Marx), soit les deux faces d’une ‘secte exploitante’ » 1, à la parlementaire républicaine américaine Marjorie Taylor Greene qui, fin 2018, nous expliquait sur Facebook que la banque Rothschild était responsable des tragiques feux de forêt de Californie par l’usage d’un rayon laser spatial dont elle détenait le secret, en passant par ceux qui nous révélaient, relax, que les Juifs avaient déserté les Twin Towers le 11-Septembre parce que, forcément, « ils savaient »… Toute cette attention portée à notre petit peuple, il y aurait de quoi être flatté.

Parce que, honnêtement, j’ai du mal à imaginer que les complotistes ne nous admirent pas un peu tout de même. Il y aurait de quoi d’ailleurs. Petit peuple, machiavélique, certes, mais admirable tout de même. Faire s’écrouler le monde depuis si longtemps en étant si peu nombreux et tant pourchassés, être capables de créer tout à la fois les grandes pandémies depuis le Moyen Âge, et les vaccins qui prennent le contrôle des gens, les idéologies politiques antagonistes qui firent la Guerre froide, organiser ainsi et la traite des Blanches et l’esclavage, et le Grand remplacement des populations chrétiennes occidentales par des hordes de barbares venus des Orients, tout ça sans oublier – ce n’est pas rien – que nous sommes les seuls à avoir pu tuer Dieu (ou son fils, ne chipotons pas), je ne sais pas vous mais moi, je trouve qu’on est forts, vraiment.

Abonnez-vous pour lire cet article

S’abonner en ligne