Contenu réservé aux abonnés

Le saute-mouton des générations

Des grands-parents et de leurs petits-enfants

© SDay

J’ignore ce qu’on cherche lorsqu’on fouille ses origines. J’ignore ce qu’on en attend. Des excuses ? Une lignée ? De la fierté ? Des réponses ? Honnêtement, je l’ignore. Ce que je n’ignore pas, du moins empiriquement, c’est que nous sommes nombreux à chercher, plus nombreux, en tout cas je le crois, que ceux qui cherchent à cacher leurs origines. Il est une sorte d’adolescence des générations qui fait que parents et enfants se méfient pas mal les uns des autres dans ces histoires d’origines. Les parents savent qu’il est des choses qu’ils préfèrent ne pas dire. Les enfants savent qu’il est des choses qu’ils préfèrent ne pas entendre. Mais les générations aiment à jouer à saute-mouton. On ne dit pas à ses enfants ce qu’on dira à ses petits-enfants. On ne veut pas entendre de ses parents ce qu’on appelle de ses grands-parents.

Il était une fois, il n’était pas loin, nous nous retrouvons tous deux, ma femme et moi, à dîner au restaurant avec mes grands-parents maternels. Je crois bien que c’est la dernière fois qu’ils sont partis en vacances loin de chez eux, la dernière fois qu’ils ne se sont pas sentis « trop vieux pour ça ». L’air est frais, juste ce qu’il faut sur cette terrasse des Côtes d’Armor, il fera nuit tard, l’ambiance est douce et le re- pas ni trop ni trop peu.

Abonnez-vous pour lire cet article

S’abonner en ligne