Serge Klarsfeld

Serge Klarsfeld

Serge Klarsfeld est avocat et historien. Avec son épouse Beate, ils militent pour faire juger les criminel nazis. Il dirige l’Association des Fils et Filles des Déportés Juifs de France, avec qui il a publié le Mémorial de la déportation des Juifs de France et le Mémorial des Enfants Juifs Déportés de France. Dernier ouvrage paru : Mémoires, avec Beate Klarsfeld (Fayard Flammarion, 2015).

  • Serge Klarsfeld

Arno Klarsfeld – Chaque homme mérite une histoire

En 1943, Nice, où vit la famille Klarsfled, passe sous contrôle allemand. Il est trop dangereux de tenter de quitter la ville alors Arno Klarsfeld aménage une cache derrière un double-fond dans un placard. « Il nous a dit : “Moi je suis fort, je survivrai, mais vous ne survivrez pas dans les camps où on vous enverra” », nous raconte Serge, son fils. Les Allemands investissent les lieux, accueillis par Arno. Il prétend que sa femme et ses enfants sont à la campagne. Durant quatre mois, Raïssa, la mère et les deux enfants, se cachent à Nice, avant de trouver refuge en Haute-Loire. En 1965, Serge se rend au Mémorial puis à Auschwitz pour retrouver des traces de son père. Arno avait été immatriculé du numéro 159683 et, dès son arrivée, avait assommé un kapo qui venait de le frapper. Envoyé dans un kommando minier de représailles, il meurt au mois d’août 1944, à l’infirmerie ou dans une chambre à gaz.

5 min. de lecture

  • Serge Klarsfeld

70 enfants parmi une multitude

Le peuple du Livre

Ces photographies de soixante-dix enfants posant un livre à la main nous ont été transmises par Serge Klarsfeld. Depuis plus de cinquante ans, aux côtés de son épouse Beate, il mène un combat sans répit à la fois pour rendre aux victimes de la Shoah leur nom et leur identité, et pour traquer et faire juger les anciens criminels nazis.

Soixante-dix visages posent donc ici, pour sortir de l’abstraction des chiffres abyssaux du génocide et montrer, une fois encore, que chacune de ces vic- times avait une vie devant elle, des choses à apprendre et à nous apprendre. Très rares sont ceux de ces enfants qui sont revenus des camps de la mort. Plus d’un million et demi d’enfants de moins de quinze ans ont été assassinés durant la Shoah.